© 2019 Festival diep~haven Créé avec Wix.com 

1, boulevard Berbigny, 76200 Dieppe, France

  • White Twitter Icon
  • Facebook Clean
  • White Instagram Icon

LA FABRIQUE DU PAYSAGE

Gabriela Albergaria, Mathew Beach, Mark Brown, Mathieu Douzenel, Dominique Ghesquière, Perrine Lievens, Stéphanie Nava, John Newling, Aurélie Sement

Galérie Duchamp
Novembre 2018 - Janvier 2019


Les artistes que nous invitons ensemble ont tous à voir avec cette Fabrique du paysage qu’est l’agriculture : Dominique Ghesquière (née en XX, vit et travaille à Paris) produit des formes utilisant le végétal, hybrides du sauvage et de la culture ; Stéphanie Nava (née en XX, vit et travaille à Marseille) s’intéresse à l’enrôlement agricole des femmes britanniques durant la seconde Guerre mondiale ; dans ses photographies, Mathieu Douzenel (né en XX, vit et travaille à XX) inventorie les formes de la campagne normande, notamment ses pyramides de betteraves sucrières ; Perrine Lievens (née en XX, vit et travaille à Paris) fait disparaître des fleurs ornementales et apparaître un geste de la main, travaillant la matière comme on travaillerait la terre ; Mathew Beach dans sa résidence à

Charleston house, explore l’impression sur feutre, créée de laine de mouton ramassée sur les fils barbelés, et les teintures végétales ainsi que des cartographies d’itinéraires ; Gabriela Albergaria crée une immense sculpture en utilisant un arbre mort qu’elle greffe d’autres essences ; Mark Brown, nous emmène dans une expérience gustative, nous faisant bénéficier de sa connaissance botanique notamment des légumes sauvages poussant sur le Littoral.

 

Cette exposition inclut également l’aboutissement de deux résidences d’artistes qui se sont déroulées dans l’exploitation agricole de Franck Sagaert, située à Préaux et Varengeville-sur-mer, deux territoires distincts ayant en commun la culture du lin : en 2017, la caméra d’Aurélie Sement y observe, contemplative, les transformations successives de la plante devenant fibre ; en 2018, John Newling se propose de peut être créer un parfum, évoquant les différentes étapes de la floraison à la récolte. Ces résidences mettent en évidence ce que partagent les agriculteurs et les artistes : un engagement qui ne peut être que personnel et total ; un aller-retour permanent entre l’idée et le geste, le concept et la matière, l’accident et la maîtrise ; la nécessité de faire avec le contexte, de le travailler inlassablement pour qu’il en sorte quelque chose dont on se sent parfois moins l’auteur que l’accoucheur.
~

The artists that we have invited are all concerned with this “making of the landscape” that is agriculture: Dominique Ghesquière produces forms using vegetal, natural and cultural hybrids; Stephanie Nava is interested in the agricultural enlistment of British women during the Second World War; in his photographs, Mathieu Douzenel creates inventories of the forms of the Normandy countryside, in particular pyramids of sugar beets; Perrine Lievens makes ornamental flowers disappear, replaced by a gesture of her hand, working matter as we work the ground; Matthew Beach is in residence at Charleston in East Sussex – a house and garden inhabited by the Bloomsbury Group –  exploring printing on felt, created with sheep’s wool picked up on barbed wires, and vegetal dyes as well as local cartographies; Gabriela Albergaria creates a huge sculpture by using a dead tree on which she grafts the branches of others; Mark Brown brings us a taste experience, we benefit from his botanical knowledge, in particular, about the wild vegetables that grow on the coastline.
 

This exhibition also includes the result of two residencies that have taken place on the farms of Franck Sagaert, situated in Preaux and Varengeville-sur-mer, two different territories that have flax culture in common. In 2017, Aurelie Sement’s camera observed, contemplatively, the successive transformations of the plant becoming fibre; in 2018, John Newling proposes to create a fragrance, evoking the different steps from flowering to the harvest. These residencies bring to light what the farmers and artists share: an engagement which can be only personal and total; a constant return trip between the idea and the gesture, the concept and the subject, the accident and the control; the need to address the context, to work tirelessly produce something, which sometimes feels less like to work of the author and more the work of the midwife.

Image: Aurélie Sement