Atlas
des
bifurcations
22-24 octobre 2021
Diep~Haven 2021
festival d’idées et de création contemporaine
Du 22 au 24 octobre 2021
“Atlas des bifurcations”
Rencontres, débats, projections, lectures, ateliers
D.S.N., Scène Nationale de Dieppe
Criée de Dieppe (Port de Dieppe)

Edito / présentation générale
Vendredi 22 octobre 2021
Samedi 23 octobre 2021
Dimanche 24 octobre 2021
Exposition vidéo
Equipe - Partenaires - Remerciements
Informations pratiques

Retour en images

Dimanche 24 octobre 2021

Festival Diep~haven 2021
festival d’idées et de création contemporaine

:
D.S.N. – Dieppe Scène Nationale, Normandie

quand :

10h-12h Cinéma permanent – Exposition vidéo, D.S.N., Studio de danse
14h-16h à D.S.N, Grande salle
16h-18h30 Cinéma permanent – Exposition vidéo, D.S.N., Studio de danse
18h30-22h à D.S.N, Grande salle

Avec Ludivine Bantigny, historienne, Alexandre Gefen, théoricien de la littérature, Noémi Lefebvre, écrivaine, poète

L’exposition vidéo est ouverte de 10h à 12h et de 14h à 22h.

14h-15h à D.S.N, Grande salle

Alexandre Gefen, théoricien de la littérature

Politiques de la littérature
Conférence et rencontre avec Alexandre Gefen

“Après avoir désespéré de l’engagement et de l’action politique, le retour des écrivains dans la Cité est une inflexion majeure de la littérature contemporaine. Qu’il s’agisse de défendre les causes écologiques ou féministes, de promouvoir la justice sociale et environnementale, d’aller sur le terrain pour travailler avec les invisibles et les dominés ou au contraire de défendre des identités culturelles, la repolitisation de la littérature contemporaine est multiforme et manifeste. C’est sur cette bifurcation que je propose de réfléchir.” (A.G.)

Directeur de recherche CNRS au sein de l’unité « Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité » (UMR7172, THALIM, CNRS / Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Alexandre Gefen travaille sur l’histoire des idées et de la littérature contemporaine, l’épistémologie et la théorie littéraire. Fondateur du site Fabula.org, il s’intéresse parallèlement aux humanités numériques, aux écritures en réseau et aux cultures populaires. Il est par ailleurs critique littéraire. Dernières parutions : Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Corti, 2017. Avec Sandra Laugier, Le Pouvoir des liens faibles, CNRS éditions, 2002. Territoires de la non-fiction, Brill, 2020. Avec Olivier Bessard-Banquy et Sylvie Ducas, Best-sellers. L’industrie du succès, Armand Colin, 2021. L’idée de littérature. De l’art pour l’art aux écritures d’intervention, Corti, 2021.

15h-16h à D.S.N, Grande salle

Ludivine Bantigny, historienne

Ludivine Bantigny est historienne. Elle est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Rouen-Normandie et spécialiste de l’histoire de Mai 68 et du contingent lors de la guerre d’Algérie.

 

 

 

 

 

18h30-22h à D.S.N, Grande salle

Noémi Lefebvre, écrivaine, poète

Paroles paroles paroles…

” Donner distribuer attribuer accorder obtenir porter avoir garder conserver s’approprier monopoliser adresser passer couper rendre perdre limiter libérer prendre la parole, parler pour ne pas se taire ou parler pour parler, à quoi bon, pour dire quoi, pour quoi faire ?

Porter haut le verbe être par le savoir dire, avoir l’art du langage, mesurer ce que parler veut dire, maîtriser des formes et des formules et pourtant ne rien dire. Ou ne rien faire valoir ni faire entendre et pourtant parler vraiment de quelque chose d’important et d’urgent.
La puissance de la parole poétique serait-elle dans l’absence d’intention performative ? À partir d’une mise en voix improvisée de Parle, nous essaierons de reprendre le langage à zéro et nous nous demanderons comment entendre ce qui ne parle pas, pourquoi parler, comment dire comment faire, comment agir pour ne pas se taire, s’il faut parler de tout ou de rien et si nous n’aurions pas, finalement, trop parlé.
Lecture et paroles en improvisation libre.” Noémi Lefebvre

Née en 1964 à Caen, Noémi Lefebvre vit à Lyon. Chez Verticales, elle a publié quatre fictions qui ont reçu un bel accueil critique et à l’étranger : L’Autoportrait bleu (2009 ; traduit en italien aux éditions Safara, en anglais par Sophie Lewis aux éditions Les Fugitives/Londres et Transit Books/USA, Canada, 2017), L’État des sentiments à l’âge adulte (2012), L’enfance politique (2015), Poétique de l’emploi (2017, traduit en anglais par Sophie Lewis, éd. Les Fugitives, à paraitre en février 2021),  Parler suivi de Tais-toi (2021)