© 2019 Festival diep~haven Créé avec Wix.com 

1, boulevard Berbigny, 76200 Dieppe, France

  • White Twitter Icon
  • Facebook Clean
  • White Instagram Icon

 Anaïs Tondeur 

Rocks collected during an expedition on the traces of Nuuk Island

2014, Multiple sizes

 

In 2012, at the very point where two continents collided, the island of Nuuk

disappeared without trace. At the same time, the 34th International Geological

Congress advanced a new era —the Anthropocene: an age where mankind is

becoming a telluric force with a significant and global impact on the Earth’s

ecosystems. Was the disappearance

of Nuuk a one off or a direct consequence of the emergence of the Anthropocene?

At the interface of fiction and reality, this question formed the core of an

investigation in scientific laboratories involving a whole community of

scientists in the fields of oceanography, geology, hydrodynamics and human

sciences. The different hypotheses were studied through experiments

and in landscapes with similar oceanic and

geologic characteristics than Nuuk Island. A tendays expedition was thus

conducted along the tectonic frontier between the American and Eurasian continents.

This research was developed with Jean-Marc Chomaz during an eighteen

months artist-in-residence in his hydrodynamics laboratory (LadHyX, .cole

Polytechnique, France) and during the Summer School 2014 of Fluid Dynamics at

Cambridge University (UK).

 

 Bio 

Anaïs Tondeur is a visual artist who lives between Paris and London. Her art practice draws on an exploration of the interface between art and science, senses and cognition, fact and fiction. Through drawings, photographe and new media processes, her installations bring into question the interactions between mankind and the earth system.

Pierres collectées au cours d’une expédition sur les traces de l’Ile de Nuuk

2014, tailles multiples

En 2012, au point précis ou les deux continents se sont heurtés, l’île de Nuuk a disparu sans laisser de traces. Au même moment, le 34e Congrès Géologique International a mis en avant une nouvelle ère : l’Anthropocène : un âge ou l’humanité devient une force tellurique avec un impact global et significatif sur l’écosystème terrestre. La disparition de Nuuk fut elle unique ou une conséquence directe de l’émergence de l’Anthropocène ?

A la connexion de la fiction et la réalité, cette question a formé le cœur d’une enquête dans des laboratoires scientifiques impliquant toute une communauté de scientifiques de différents domaines : océanographie, géologie, hydrodynamique et sciences humaines.

Les différentes hypothèses ont été étudiées à travers des expériences et des paysages ayant des caractéristiques océaniques et géologiques similaires à l’île de Nuuk.

Une expédition de 10 jours fut ainsi conduite le long de la frontière tectonique entre les continents Américain et Eurasien. Cette recherche fut développée avec Jean Marc Chomaz lors d’une résidence d’artiste de 18 mois dans ses laboratoires d’hydrodynamique (LadHyx, .cole Polytechnique, France) et pendant les cours d’été de dynamiques des fluides en 2014 à l’Université de Cambridge (UK).

 Bio 

Anaïs Tondeur est une artiste visuelle qui vit entre Paris et Londres. Son art consiste à réaliser des dessins sur l’exploration de l’interface entre art et science, sens et connaissance, fait et fiction. A travers des dessins, des photographies et de nouveaux procédés, ses installations soulèvent des questions sur les interactions entre l’humanité et le système terrestre.

Nuuk Island, 2014, Video HDV color, 8’