© 2019 Festival diep~haven Créé avec Wix.com 

1, boulevard Berbigny, 76200 Dieppe, France

  • White Twitter Icon
  • Facebook Clean
  • White Instagram Icon

 Ishu Han 

Memory of each other


2010, video installation, 6'35''

I was born in Shanghai but raised Aomori in the north of Japan and my mother tongue is Japanese. My identity is strongly influenced by my Japanese upbringing and relationship to its culture. Because of
this, I have always questioned my identity, both consciously and unconsciously. This
questioning has evolved into a greater theme in my work.
The video work Memory of each other is concerned over such an issue. Each and every time a dispute on the Island (we call
it “Senkaku” or “Diaoyu” island) emerges on the news (the Island is located between China and Taiwan and Japan) I ask myself:
“who am I?“. I question which side I should take. Who is it exactly that these issues are concerning?

We always find ourselves in a larger community and unconsciously feel the necessity to gain approval to belong to it. Eventually it can take over your life in an obsessive way.

I begin by questioning this
approval, because I believe that this questioning is not for a community called
a “nation”, but is for individuals. This video
also questions East Asian identity and the Utopia of East Asia.

 

 Bio 

Ishu Han questions ideas belonging to civic duty and how such notions influence our voices as individuals. In his video practice, Han uses his
own body and history of migration to explore the notion of ‘identity’.
His work considers the exploration of how people of different nationalities, races, ethnicities and cultures coexist and how independent identities have been retained.

Memory of each other

2010, installation video, 6’35”

Je suis né à Shangai mais j’ai été élevé à Aomari au nord du Japon et ma langue maternelle est le japonais. Mon identité est fortement influencée par mon éducation japonaise et mon lien avec cette culture. A cause de cela, j’ai toujours questionné mon identité, consciemment et inconsciemment. Ce questionnement a évolué en un thème majeur dans mon travail.

Mon travail vidéo « Memory of each other » est soucieux et se préoccupe de cette question précise. Chaque fois que sur l’île un litige apparait (on l’appelle l’île « Senkaku » ou « Diaoyu ») dans les nouvelles (l’île est situé entre la Chine, Taïwan et le Japon) je me demande : qui suis-je ? Je me demande de quel côté je devrais être. Qui exactement est concerné par ces questions ?

On se retrouve toujours dans une plus grande communauté et on ressent inconsciemment la nécessité d’obtenir une approbation afin d’y appartenir. Finalement, ça peut prendre le dessus sur votre vie de façon obsessive.

Je commence par questionner cette approbation, parce que je crois que ce questionnement ne s’applique pas à une communauté que l’on appelle « nation », mais aux individus.

La vidéo questionne aussi l’identité est-asiatique et l’utopie de l’Asie de l’est.

 Bio 

Ishu Han se questionne sur les idées du devoir civique et comment de telles notions influencent nos voix en tant qu’individus. Dans cette vidéo, Han utilise son propre corps et l’histoire de sa propre migration afin d’explorer la notion d’identité. Son travail considère l’exploration de la façon dont les personnes de différentes nationalités, races, ethnies et cultures coexistent et comment les identités indépendantes ont été conservées.