© 2019 Festival diep~haven Créé avec Wix.com 

1, boulevard Berbigny, 76200 Dieppe, France

  • White Twitter Icon
  • Facebook Clean
  • White Instagram Icon

 Maxime Bondu 

Guam

2012, Installation, slides

At first glance, the collection of pictures

of the island of Guam offers, through these

mountainous and desert oceanbed-scapes, a happy and melancholic vision that

verges on being a cliché.

The idyllic landscapes, their fauna and flora, all conspire to make us almost forget

that this island is not just a paradise. As a Spanish colony the island was gradually forced to convert to Catholicism between the 17th and 19th centuries, it was then handed to the United States. After being

occupied for a while by the Japanese, it was retaken by the Americans in 1944

and became a US military base in 1950. The images shown here are taken from a huge online slide collection showing the

island in the 70s. These damaged photographs have been retouched but above all remastered, before being returned to their initial medium, the 24 Å~ 36 slide. On the positive film, the blank areas caused by the wear of time have been methodically retouched, seeking out a true colour and texture. Coming somewhere between bandage and camouflage, this act, which goes beyond

mere restoration, here works like a re-invention of the original fragment

in landscapes that have lost the innocence and spontaneity of their original exoticism.

 

 Bio 

[...] involving speculation, the work of Maxime Bondu is based on confirmed data… in the future. It is made of reconstitutions and

simulacra, Maxime Bondu’s work is an invitation to

grasp this element of relentless uncertainty, which is part and parcel of

our reality. 

Excerpt from a text by Hanna Alkema

Guam

2012, installation, diapositives

Au premier regard, la collection d’images de l’île de Guam offre à travers ces paysages montagneux et fonds d’océan déserts, une vision heureuse et mélancolique qui frise le cliché. Les paysages idylliques, leur faune et fleur, tout conspire pour nous faire presque oublier que cette île n’est pas seulement un paradis.

En tant que colonie espagnole, l’île fut progressivement forcée de se convertir au catholicisme entre le 17ème siècle et le 19ème siècle, et fut ensuite remise aux mains des Etats Unis.

Après avoir été occupée pendant un certain temps par les japonais, elle fut reprise par les américains en 1944 et devint une base militaire américaine en 1950. Les images exposées ici proviennent d’une très grande collection de diapositives en ligne montrant l’île dans les années 1970. Ces photographies endommagées ont été retouchées mais surtout remasterisées avant d’être retournées à leur support initial, la diapositive 24 x 36.

Sur le film positif, les zones blanches causées par l’usure du temps ont été méthodiquement retouchées, recherchant une véritable couleur et texture.

Se situant quelque part entre le camouflage et le bandage, cet acte, qui va au-delà d’une simple restauration, marche ici comme une réinvention du fragment originel dans les paysages qui ont perdu l’innocence et la spontanéité de leur exotisme originel.

 Bio 

Impliquant la spéculation, le travail de Maxime Bondu est basé sur des données confirmées … dans le futur. Fait de reconstitutions et de simulacres, le travail de Maxime Bondu est une invitation à appréhender son élément d’incertitude inconstante, qui est une partie même de notre réalité.

Extrait d'un texte de Hanna Alkema